les rêves d'un élève prépa hec ipécom paris

J’ai intégré l’ESSEC ce mois de septembre 2018, après une prépa HEC à Ipécom Paris, et je suis encore comme sur un nuage.

Faire partie des quelques milliers d’élèves qui parviennent à réussir le concours d’entrée des Grandes Écoles parisiennes comme l’ESSEC, HEC, l’X ou Normale sup. était pour moi un rêve d’enfant. Certes nous rêvons presque tous d’être un jour astronaute, pilote de course ou médaille d’or aux jeux olympiques, mais nous savons pourtant que cela n’arrivera jamais.

Au lycée, à Asnières j’étais un bon élève pour quelques professeurs et moyen pour beaucoup. J’ai suivi la filière ES car j’aimais bien les sciences sociales et l’économie. Mais aussi ce monde, un peu mystérieux en ce temps pour moi, de l’entreprise. Aussi je l’avoue j’avais quelques difficultés en Maths. J’étais sûr de ne pas vouloir faire maths sup et une école d’ingénieurs. J’ai donc fait mon choix de la filière ES. Adieux le rêve d’être un jour un astronaute.

J’ai obtenu mon baccalauréat en juin 2016 avec une mention bien. J’ai eu de la chance avec l’épreuve écrite de mathématiques, car je maîtrisais mal certaines parties du programme.

Mes recherches sur les voies possibles dans les études supérieures ont commencé en septembre 2015. Que faire ?

Pourquoi j’ai choisi de faire les classes préparatoires aux grandes écoles de commerce, prépa HEC ?

J’ai d’abord fait des recherches sur les formations universitaires. L’université, dans les domaines de l’économie, la gestion et les sciences sociales en général, offre un choix de qualité, qui conduit généralement pour quelques-uns vers des carrières de chercheurs et pour la plupart vers des concours administratifs ou l’enseignement. Certes il y a les passerelles, les admissions parallèles, qui peuvent conduire vers des formations plus appréciées dans le privé. Ainsi après la licence on peut intégrer les programmes grandes écoles, mais le nombre de places offertes dans les écoles parisiennes est vraiment très faible.

En deuxième lieu je me suis intéressé aux écoles de commerce post bac. Depuis quelques années les écoles de management proposent, le “programme bachelor”. Ce programme propose d’intégrer l’école de management immédiatement après le bac, avec un processus de sélection plus ou moins léger selon l’école. Il est vrai aussi que ce diplôme de “bachelor” n’est encore reconnu par l’État. De même le passage du “bachelor” au programme grande école n’est pas automatique. Bien trop d’inconvénients pour que mon choix se porte vers cette solution.

De même je me suis penché sur les formations BTS et DUT. J’ai vite conclu qu’elles n’étaient pas assez ambitieuses à mon goût, bien que certains prolongent leurs études par des passerelles qui les conduisent vers certaines universités et écoles de commerce. Mais ce n’est pas le parcours idéal.

Finalement je me suis intéressé au parcours traditionnel, “la voie royale” pour certains, bien que je n’aime pas ce qualificatif. Je préfère dire la voie de l’effort et de la formation. La prépa HEC ou classes préparatoires économiques et commerciales.

Pourquoi j’ai choisi Ipécom Paris parmi toute les offres de classes préparatoires ?

Une fois les autres options rejetées, je me décide à faire les classes préparatoires économiques et commerciales voie ECE ou prépa ECE.

J’avais donc un projet. Réussir le concours d’une grande école.

Je n’avais pas un assez bon dossier pour intégrer les grandes prépas parisiennes comme Louis le Grand ou Henri IV. Je savais qu’alors le meilleur choix, celui qui offrirait les meilleures chances, serait une prépa privée parisienne.

J’ai eu des rendez-vous avec les responsables des admissions de presque toutes, et mon choix s’est porté sur la prépa HEC Ipécom Paris

Ma rencontre avec la prépa Ipécom.

En effet, j’ai été reçu par Mme Reithmann, la directrice d’Ipécom Paris. Cette dernière, a analysé mes copies de lycée dans toutes les matières, afin de déceler mon potentiel. Nous avons beaucoup discuté et malgré des résultats moyens dans certaines matières au lycée, Mme Reithmann a cru en moi et m’a donné ma chance.

Mme. Reithmann m’a fait comprendre qu’Ipécom Paris entraînait, stimulait, aider et finalement éclairer le parcours de ses élèves. Elle m’a aussi montré que l’équipe pédagogique ne se limitait pas à enseigner les programmes des classes préparatoires.  Que les professeurs forment aussi les élèves aux méthodes de travail, renforce leur l’endurance, leur motivation et leur autodiscipline. Que chaque élève à des besoins différents, et que les professeurs en tiennent vraiment compte.

Enfin qu’Ipécom Paris est un établissement ou les élèves ne sont pas des ennemis ni sont en compétition entre eux, mais qu’au contraire, il s’agit de jouer la carte de l’entraide pour que tout le monde réussisse. Ainsi, à Ipécom paris les élèves de nos classes préparatoires sont des élèves qui veulent réussir sans écraser l’autre. Nous avons compris que, pour réussir, il suffit de puiser au fond de soi et de repousser ses limites.

Au cours de ces deux années j’ai bénéficié d’un enseignement de très haute qualité, d’un soutien et d’un accompagnement sans faille et tellement précieux de tous les professeurs.

Ma première année à Ipécom Paris

Ma première année à IPECOM fut quelque peu bancale. Mes premières notes étaient parfois catastrophiques. Ainsi j’ai eu 4 en anglais, 2 en math, 5 en économie et 5 en contraction de texte lors des premières épreuves.

Toutefois, je restais très motivé, je prenais souvent des rendez-vous avec Mme Annie Reithmann pour avoir des conseils de méthode de travail. En effet une des particularités d’IPECOM est qu’elle offre un suivi personnalisé à ses élèves. Mme Annie Reithmann regardait mes notes du coin de l’œil et me faisait des programmes de travail. Environ 10h de travail par jour avec plus d’heures en maths et en langue. Je suivais alors ses conseils à la lettre et mes notes progressaient petit à petit.

La deuxième année prépa ECE.

Mon passage en deuxième année à IPECOM était moyen, mes notes progressaient mais restaient faibles. Grâce à une forte progression en math et à un profil volontaire. Si la première année a pu me mettre le pied à l’étrier encore fallait-il savoir avancer. J’ai su prendre du recul. J’ai donc continué à travailler d’arrache pied pour progresser. Mes notes grimpaient, mais fluctuaient. Ainsi il pouvait m’arriver d’avoir de bonnes notes de la classe en maths ou en économie mais elles pouvaient vite retomber. Cependant je me sentais à l’aise. Je connaissais bien mes cours et je voulais une cadence plus intense que celle de ma classe. J’en ai donc parlé avec Mme Reithmann et elle a décidé de me faire passer dans la classe « étoile » avec de très bon élèves 2ème année.

J’ai ainsi, après deux années de prépa Ipécom Paris, en juin 2018, réussi à intégrer une prestigieuse école de commerce. Mon admission à l’ESSEC et une concrétisation de ce qui me paraissait inaccessible. Mais comme le dit très justement Pierre-Simon Ballanche : “le succès est un chemin que la patience et la persévérance rendent accessible”.

J’ai passé deux merveilleuses années de classes préparatoires Ipécom Paris. En tant qu’ancien élève de la prépa ECE Ipécom Paris je tiens à adresser mes remerciements à tous les professeurs pour tout ce qu’ils ont pu m’apporter et qui forment une grande famille. Ils sont restés toujours à l’écoute quel qu’ait été mon niveau. Sans oublier bien sûr Mme. Annie Reithmann qui a su me redonner confiance quand il était nécessaire.

Certes je ne suis pas champion olympique ni astronaute, mais j’ai le sentiment d’avoir gagné une “médaille”’ et d’avoir accompli un de mes rêves d’enfant

*D’après l’article paru sur le Blog Digischool Super commerce le 23 octobre 2018 sous le titre « Devenir Astronaute via une école de commerce ».

élève qui doute entre prépa hec et admission parallèle

Deux voies possibles d’accès aux Grandes Écoles de commerce existent. Premièrement, les classes préparatoires économiques et commerciales, qui permettent d’intégrer la première année d’un programme Grande Ecole après deux ans de prépa. Et deuxièmement, les admissions parallèles. Celles-ci permettent aux étudiants qui proviennent de l’université, du BTS ou de l’IUT, d’intégrer ces mêmes programmes « Grande Ecole » en première ou en deuxième année. 

Alors pourquoi faire une Prépa ? Toutes les grandes écoles de Commerce développent des admissions parallèles et le chiffre des admis augmentent de plus en plus !

Le recrutement des Grandes Ecoles les plus prestigieuses.

Certes, Jean-François Fiorina,  directeur adjoint de Grenoble Ecole de management, (Le Monde du 16 janvier 2018) proclame : « Les admissions parallèles apportent de la diversité, des talents qui se révèlent au fur et à mesure de la progression dans les études. »

Mais toutes les grandes écoles n’ont pas les mêmes exigences. Les écoles les plus prestigieuses recrutement exclusivement, ou quasi exclusivement, sur concours prépa. Elles ne sont pas accessibles après un BTS ou un DUT. Par contre, elles offrent quelques places via les admissions parallèles bac+3/4, avec une sélectivité très élevée à des étudiants issus principalement de filières universitaires générales. Nous pouvons dire que plus l’école est prestigieuse, moins de places pour les admissions parallèles sont offertes.

Ainsi l’Essec a proposé 395 places aux élèves des classes préparatoires à la rentrée 2017. Et a proposé à un peu plus de cinquante étudiants français et internationaux. Ceux-ci, triés sur le volet, et uniquement à travers les admissions sur titres de niveau bac+4, pour intégrer l’école en master 1.

Les classes préparatoires, une formation de grande qualité.

Certains étudiants affirment; « Pourquoi faire plus alors que l’on peut avoir le même résultat en allant plus tranquillement vers le même but ». Mais justement de quel but s’agit-il ? D’intégrer une école de Commerce ? Ou de réussir sa vie professionnelle et de progresser tout au long de sa carrière ?

Quelle est la formation qui apprend l’endurance, la rigueur, l’efficacité, l’envie de se battre et de lutter malgré des échecs ?

Quelle est la formation qui permet une forte adaptabilité ? LA PREPA et encore et toujours LA PREPA. En effet travailler 6 matières en même temps en poussant le travail au maximum en un minimum de temps.

Les classes préparatoires c’est l’équilibre des matières, c’est l’apprentissage de la volonté de se battre malgré les difficultés ou le chemin abrupte. C’est aussi la joie d’être solidaire dans l’effort et la récompense d’un travail efficace, d’une structure bien ordonnée, d’un mental d’acier.

N’est-ce pas ce que demande le travail en entreprise ?  Jamais ne rien lâcher, toujours relever la tête, faire en 2 heures ce que tout le monde fait en 3. Etre autonome, anticiper, établir des objectifs ….

C’est aussi l’apprentissage des langues à un niveau très poussé. C’est le développement d’une culture générale très grande. C’est enfin un esprit synthétique, logique et une belle dextérité à compter, à faire des liens, et surtout à réfléchir.

Des résultats impressionnants.

Ainsi HEC, demeure fidèle aux classes préparatoires. «C’est grâce à ce concours que nous avons créé la qualité d’HEC », souligne Julien Manteau, directeur de la stratégie et du développement. « Nous sommes toujours impressionnés par les élèves que nous recrutons à travers les classes préparatoires; leurs qualités d’analyse, de synthèse, de conceptualisation sont bluffantes.  » (Le monde du 16 janvier 2018).

Certes, des études moins abstraites et moins théoriques sont aussi formatrices. Mais n’est-ce pas pendant l’école de commerce que l’on apprend la pratique ? N’est-ce pas alors redondant ?

Relever le défi de la prépa.

Et pourquoi ne pas s’éprouver à la difficulté alors que l’on sait que 80% des élèves de Terminale ont leur bac. La maturité vient souvent bien après ses 18 ans. La prépa est une formation qui permet une vraie réflexion sur sa vie future. Ces 2 ans sont au fond un tremplin à mieux cerner qui l’on est, où on va et pourquoi nous prenons ce chemin.

La Prépa en école de commerce permet une multiplicité de voix après deux ans de Prépa et un an d’école de commerce. Du commerce en passant par le marketing, la finance, les ressources humaines, la stratégie et tout métier liée à n’importe quel type d’entreprise ou d’institution.

Il s’agit bien alors d’une voie royale accessible à tous.

Avez vous des questions à propos de notre prépa?
Contactez nous >
Demandez un rendez-vous

Image – Danka & Peter

conseils prépa hec

Réussir les classe préparatoires économiques et commerciales est aussi une question de méthode et de rigueur. S’imposer un planning, organiser ses connaissances dans toutes les matières, travailler avec régularité… Voici quelques conseils qui faciliteront le travail de l’étudiant.