Lycée Ipécom Paris

Classes de Seconde, Première et Terminale S, ES, L

Principes

Notre principe : enseigner autrement

  • Pédagogie adaptée qui prend en compte les différences de chacun
  • Effectifs réduits qui permettent un contact direct avec le professeur
  • Rendre autonome et responsable l’élève
  • Valoriser et motiver les élèves
  • Synergie entre Elèves/Professeurs et Direction
  • Dialogue et concertation avec les Parents

Nos moyens

  • Donner du plaisir au savoir
  • Politique du contrat et des objectifs à atteindre
  • Méthodologies diversifiées
  • Ritualisation du travail
  • Prise en compte immédiate des différents problèmes
  • Exigence de rigueur et de travail
  • Apprendre à apprendre à réussir
  • Apprendre la motivation au travail et à l’effort qui devient dès lors plaisir
  • Développer son potentiel
  • Apprendre l’engagement personnel au travail.
  • Encadrement positif

Qualités

Effectifs limités.

Corps professoral : nos enseignants font partie des meilleurs professeurs. Ils ont été sélectionnés en fonction de leurs diplômes, leur expérience et leurs qualités humaines. Le corps professoral est adapté à l’enseignement aux E.I.P. (élèves à haut potentiel) .

Les langues : Anglais, Allemand, Espagnol, Italien. Possibilité en cours particuliers : Arabe, Chinois, Russe.

Anglais renforcé en Seconde.

Haut potentiel

La précocité intellectuelle concerne 2% des enfants en France. C’est une riche potentialité qui permet de développer des talents intellectuels, artistiques, sportifs, relationnels. Elle se diagnostique principalement par une observation clinique et se confirme par des tests psychométriques. Cependant, ces personnes à haut potentiel ont souvent des inadaptations face à leur environnement familial ou scolaire et souffrent de la non-reconnaissance de leur potentiel.

Quelle pédagogie pour les enfants à haut potentiel ?

L’adaptation réciproque, de la part du corps professoral et de l’élève est essentielle. Mais  il est improbable qu’il existe une méthode unique qui puisse être généralisé. Nous pouvons parler de méthodes au pluriel pour réussir et donner quelques indications.

  • Tout d’abord, commencer à donner du sens au savoir et parfois, pour les IP qui sont dans la soif de la connaissance, aller au plus difficile pour : 

Intéresser. Voir la globalité du problème et non passer par l’analytique (nécessaire mais qui ne correspond pas immédiatement à la pensée du précoce), rechercher une solution et donner envie de trouver une solution : attiser ainsi la curiosité intellectuelle, développer un challenge

Par exemple, un professeur, une maîtresse, peut mettre en place des bonus qui exonère un élève de faire 2 ou 3 exercices faciles ou ajouter des points sur les éléments qui sont généralement des faiblesses de ces élèves : rédaction, soin, clarté, souligne ou encadrer les résultats, faire une évaluation par rapport à la démonstration que l’élève fait de la maîtrise du programme ou du chapitre étudié.

Cette stratégie de la réussite peut marcher quand on observe qu’un élève pour travailler un exercice en maths par exemple, choisit l’axe le plus compliqué au lieu d’aller au plus simple. Ainsi commencer par le plus complexe permet souvent aux enfants précoces d’adhérer au projet de connaissance et ainsi de leur donner du plaisir

  • Premier constat pour qu’un élève réussisse : 

Le plaisir est le moteur de la motivation. Pour les élèves précoces en difficultés cette stratégie peut être séduisante mais elle a du mal a fonctionné car les lacunes pour ceux qui sont au collège et au lycée accumulées sont tellement fortes que ces élèves sont bloqués. Il vaut mieux préconiser ainsi une démarche qui n’est pas forcément agréable immédiatement pour ces élèves mais oh combien utile : l’analytique, le repérage par le détail, agrémenté évidemment d’encadrement, de suivi et de dialogue.

Dans le primaire les élèves qui s’évadent son souvent des élèves qui connaissent déjà, d’où la nécessité d’une pédagogie différenciée. La pédagogie par contrat est absolument nécessaire mais ce contrat doit être dans les 2 sens : chacun y gagne un peu et y perd un peu aussi : en tant qu’adulte, on est obligée de faire un pas vers l’élève et d’accepter un peu de ce que nous n’acceptons pas généralement pour que, in fine, l’élève arrive à notre but. Mais lui donner un objectif à court terme et lui faire confiance pour qu’il l’atteigne sont autant d’éléments qui le poussent à la réussite.
Lourd débat sur la négociation : se mettre d’accord et renoncer en partie pendant quelque temps à l’élève idéal soit, mais une fois que le contrat est fait alors, la négociation devient impossible, donc là aussi, amener l’enfant à tenir ses promesses (d’où la nécessité de petits objectifs au départ, pour que le contrat tienne !).

  • Les recommandations :

Dès le jeune âge, mette en place une stratégie du travail dont on a besoin toute sa vie, que l’on soit précoce ou non d’ailleurs. Mais nous sommes tant tentés de laisser passer parce que notre enfant comprend tout… or comprendre n’est pas savoir et les rituels de travail sont indispensables au savoir et surtout au travail dans les classes supérieures telles les Prépa. Ces règles sont à apprendre dès le jeune âge, de la même façon que les règles de conduite en famille (on leur apprend à ne pas les transgresser pour qu’après, en classe, ils n’aient pas envie et ne se sentent pas autoriser à les transgresser).  Et c’est à nous de prendre la relève des familles pour faire comprendre qu’il y a une véritable jouissance à l’effort et au travail et que la meilleure récompense est la réussite et la fierté de soi.

  • Que faisons nous au Lycée Ipécom Paris ?

Nous mettons l’accent sur la rigueur et attention positive, sur l’action non réaction, insistant sur la méthode et non sur la compréhension. Aussi nous développons l’exigence de devoir rédigé et de rendu (pas de négociation), le plaisir et la motivation, le rituel du travail et l’encadrement.

Ipécom Paris inaugure (2016/2017) une nouvelle classe passerelle ou tremplin pour le lycée. Cette classe propose un programme unique et très approfondi  pour intégrer une 1ère ou une seconde … en savoir plus

Option théatre

Outre l’intérêt de la matière en elle-même, ce cours permet de redonner goût au cours de Français, puis de manière générale à l’école.

Ipécom Paris est en avance, à la pointe de ce que sera le lycée de demain en intégrant depuis plusieurs années le théâtre à son enseignement proposé à tous les lycéens!

Cet apprentissage au service d’une culture humaniste permet aux élèves de développer leur capacité d’expression, d’écoute et d’attention devant un public. De nombreux exercices créatifs, mais aussi techniques (articulation, respiration, psychomotricité) et d’improvisations permettent à chaque élève de gagner en confiance et adresse.
Le travail de scènes de pièces classiques ou contemporaines viennent finaliser le travail.
Au delà de la progression des élèves en tant qu’ « apprentis comédiens », une réflexion est menée sur les liens utiles de ce travail pour les élèves lors de leurs futurs examens oraux et entretiens (gestion du stress, créativité, écoute, story telling…)
L’enseignement se déroule idéalement sur 3 ans (seconde, première et terminale) mais peut être validé à l’épreuve du baccalauréat de théâtre Option Facultative dès lors que l’élève a assisté pleinement à l’enseignement durant son année de terminale.
Pour encourager les élèves à la découverte de l’option, Ipecom propose une heure d’enseignement hebdomadaire obligatoire en seconde.
L’Option théâtre est en parallèle un accompagnement du regard de spectateur de l’élève à travers l’étude de différents spectacles vu ensemble pendant la saison théâtrale. Ipecom est à ce titre en partenariat avec le Théâtre National de l’Odéon et le Théâtre de la Ville depuis 2008.

Contenu et Notation de l’épreuve de l’option théatre facultative au Baccalauréat
Chaque candidat est noté sur :
– Dix points pour son travail théâtral (interprétation individuelle ou collective d’une scène ; durée approximative : 7 minutes par candidat),
– Quatre points pour le dossier (cinq à quinze pages rédigé par le candidat faisant état de son travail personnel dans le cadre du projet collectif de la classe et d’une relation vivante avec la création théâtrale contemporaine (commentaires de spectacles, de répétitions, de visites, de rencontres). Ce dossier est remis aux examinateurs huit jours avant la date de l’épreuve).
– Six points pour l’entretien (questions prenant appui sur le dossier personnel du candidat).
Seuls sont pris en compte pour l’examen, les points au dessus de la moyenne.
Le coefficient de l’épreuve est de 2. Les points au dessus de la moyenne sont donc doublés.
Ce bonus de point permet chaque année aux élèves d’Ipecom d’obtenir des mentions pour les meilleurs, leur bac sans rattrapage pour les élèves en difficulté.
L’enseignement du théâtre à Ipécom Paris est assuré par Yannick Laurent.

Formé au Conservatoire de la ville de Paris puis à l’ENSATT (Ecole Nationale des Arts et Techniques du Théâtre), il travaille au théâtre avec les metteurs en scène : Gilles Chavassieux, Christian Schiaretti, Sergueî Golomazov, Philippe Delaigue, Enzo Cormann, Christophe Perton, Philippe Morier-Genoud, Anatoli Vassiliev et Philippe Cottene, Jacques Bonnaffe.
Il tourne régulièrement pour le cinéma avec Claude Chabrol, Jean-Xavier De Lestrade, Jean-Pierre Mocky, Gérard Pires ; et la télévision, dans des films réalisés par Marcel Bluwal, Jean-Louis Lorenzi, Luc Beraud, Williams Crepin, René Manzor, Sylvain Monod, Didier Delaitre, Didier Grousset, Filip Trad, Roland Allard, Orso Miret, Caroline Huppert et de nombreuses séries dont le personnage principal de « Max le Supporter » (L’Equipe 21, L’equipe.fr et Télé-Loisirs.fr).
Prix d’interprétation masculine au 48 Hours Film Project Paris 2011, et au 48 Hours Film Project International 2012.
Yannick Laurent a par ailleurs toujours consacré une partie de son temps à la transmission et la pédagogie en dirigeant de nombreux stages (AFDAS, Chantiers nomades, stages amateurs, …) ainsi que plusieurs options théâtre facultative et lourde depuis 2003.

élève Ipécom Paris

Option prépa

L’option met l’accent à acquérir des automatismes réflexifs utiles à la prépa, développer la culture générale entre autres en matière d’histoire de l’art, connaître parfaitement la grammaire anglaise.

Cette option est ouverte à tous les élèves (lycée public et sous contrat) et plus particulièrement à ceux d’Ipécom.

Nous organisons plusieurs séances au cours de l’année scolaire (autour de 25 ) consacrées à un travail à la fois de méthode, d’approfondissement culturel et de réflexion. Outre ce travail d’analyse et de conseils méthodologiques, les professeurs d’Ipécom Paris développent des exercices pour acquérir des automatismes.
Les matières enseignées :

Mathématiques :

2h par semaine

Le programme est vu de façon transversale pour n’étudier que les chapitres nécessaires à la Prépa. Le professeur enseigne aux élèves à faire des fiches, à apprendre un cours, à rédiger et développe des automatismes comme le calculatoire ou la reconnaissance des différentes fonctions, intégrales.
L’approche des chapitres de mathématiques se fait dans une volonté de mettre en forme des connaissances acquises et surtout de repérer dans les énoncés les solutions à trouver.

Culture Générale :

2h par semaine

Le cours de « culture générale » propose un voyage dans l’art à travers les siècles. Cette aventure commence à la préhistoire, passe par l’Egypte, Athènes et Rome de la période classique, l’Italie de la Renaissance et prend fin à notre époque contemporaine. La peinture, la sculpture et la photographie sont au cœur de notre intérêt, tout comme l’art vidéo et la danse.

A partir de toutes ces connaissances sur l’art, nous parviendrons à approfondir pendant le deuxième semestre l’étude d’œuvres particulières. Comment les artistes traitent-ils les sujets mythologiques ou les textes classiques au travers des siècles et à travers des genres artistiques différents ? Quelle relation y a t’il entre le texte et l’image ? Comment pouvons-nous « lire » une narration littéraire dans un tableau ? Comment les artistes comme Nicolas Poussin, J.M.W. Turner ou Cy Twombly utilisent-ils leurs sources littéraires ? Comment est-ce que les figures mythologiques comme Narcisse, Orphée ou Léandre perdurent dans l’art à travers les siècles ?

Les différentes séances, qui permettront de répondre à ces questions, offriront aux élèves l’opportunité, d’une part, d’apprendre à analyser un texte et une image et d’autre part, de développer leur esprit critique et comparatif. Ce parcours multidisciplinaire ne leur donnera pas seulement la possibilité de comprendre l’évolution de l’art, voire de l’art contemporain, dans tous ses aspects ; il renforcera surtout leur culture générale, nécessaire à la réussite de tout type de parcours professionnel futur.

Le professeur, Docteur en histoire de l’art, donne une culture générale à travers l’histoire de l’art de l’antiquité à nos jours. Les courants de mouvements artistiques mais aussi les courants de pensée (de la Renaissance, des Lumières, des Modernes etc.) y sont étudiés et des parallèles sont fait avec les courants philosophiques et les mouvements littéraires. Cette exploitation de la culture Générale par l’art permet à chaque élève de développer son sens de l’observation, de l’analyse, de la réflexion et de comprendre la hiérarchie des idées. Extrêmement formateur pour l’esprit d’analyse et de réflexion, ces séances se font parfois dans les musées tels que Le Louvre, Marmottan et autres grands musées parisiens

Anglais :

2h par semaine

Pour cette discipline, le professeur aborde systématiquement un travail d’approfondissement de la grammaire et de la syntaxe anglaise. En effet, ces deux éléments fondamentaux pour réussir à bien écrire et bien parler l’anglais ne sont pas souvent travailler au lycée. Des exercices de traduction sont réalisés régulièrement et on étudie aussi les grands angles de la civilisation anglophone.
Très méthodique et vivant ce cours s’adresse à tous ceux qui veulent approfondir la connaissance de l’anglais.

image de feuilles, corrections baccalauréat

Témoignages

François Blumenfeld-Kouchner

J’ai connu Annie Reithmann au début de mon adolescence, lorsque la rigidité du système scolaire traditionnel s’opposait fièrement à mon envie de savoir.

Annie Reithmann a une passion pour l’enseignement, qui est d’abord une passion pour les élèves. L’énergie et la constance de son dévouement, en particulier pour les enfants dits « à haut potentiel », n’ont d’égal que son talent pour trouver des enseignants aussi passionnés et passionnants et capables d’adapter leur pédagogie aux besoins de l’individu.

Sans Annie Reithmann, confronté aux rigidités des systèmes officiels, je n’aurais jamais pu trouver ni l’espoir ni les méthodes pratiques qui m’ont permis de continuer un parcours inhabituel par sa diversité, et qui continue de satisfaire et de nourrir tout à la fois la curiosité intellectuelle qu’IPECOM a su encourager. »

François Blumenfeld-KouchnerDocteur ès lettres, étudiant en médecine
Parents de Léopold

Chère Madame, Cher Monsieur,

Il y a un an, vous avez accueilli notre fils Léopold en terminale S alors que son Lycée voulait lui faire redoubler sa première.

Aujourd’hui, Léopold a eu son bac S avec mention Bien et 15 de moyenne.

IPECOM, son environnement et ses enseignants ont su lui redonner confiance en lui et en ses qualités, l’encourager et lui donner des méthodes de travail.

Pour tout cela, et surtout pour le regard bienveillant que vous avez su porter sur lui, nous voulions vous remercier.

Nous ne manquerons pas de recommander votre établissement auprès de nos connaissances.

Bien cordialement.

Marie-Ange et Jean-Luc C.

Parents de LéopoldTerminale S
Mère de Pierre Canavelli.

Je reste extrêmement admirative de votre dévouement à la cause des enfants « hors norme », cause que je trouve très courageuse dans notre époque où la norme et l’uniformisation s’imposent dans bien des domaines. Vous avez notamment permis à Pierre, de terminer sa scolarité après un repêchage in extremis en fin de 1ère S alors qu’il partait à la dérive !

Il est actuellement en L3 de linguistique à la Sorbonne et prépare des dossiers pour poursuivre son parcours dans une université anglaise pour se spécialiser dans le domaine des neurosciences…

Donc c’est pour moi l’occasion de vous exprimer toute ma gratitude à vous même et à votre équipe d’enseignants !

Très cordialement.

Mère de Pierre Canavelli.
Ingrid JANSSEN

Chère Madame Reithmann,
Cher Monsieur Coignard,

Les épreuves du bac sont déjà loin, le soulagement des parents et la joie des heureux candidats reçus presque un souvenir.

Le chemin n’était pas facile – ni pour vous, ni pour nous, ni même pour Martin. Si par moments j’ai exprimé mes doutes, je tiens aujourd’hui à vous remercier de l’attention et de l’écoute particulière que vous avez su lui apporter pendant les trois années passées dans votre école.

Aujourd’hui, Martin poursuit le chemin qu’il s’est dessiné depuis fort longtemps dans la composition de musique de film. Ce ne sera pas plus facile, au contraire, mais il part confiant !

Bien cordialement

Ingrid JANSSENElève à IPECOM, Bac
De Courcel Lara élève de 1ère ES

à l’attention de Madame Reithmann
Neuilly, le 11 septembre 2012
Chère Madame,
A l’issue du passage de Lara dans votre établissement mon mari et moi-même voudrions vous témoigner notre reconnaissance pour l’accompagnement et le soutien que vous et votre équipe lui avez prodigués au cours de ces deux années. Après avoir réussi son exament de passage dans le public Lara a été admise au lycée Pasteur à Neuilly. Sa rentrée se passe bien et nous sommes confiants pour cette dernière année de lycée.
En vous souhaitant une très bonne rentrée, je vous prie d’agréer, Madame, l’expression de mes sentiments les meilleurs.
S. De Courcel

De Courcel Lara élève de 1ère ESParents