Accueil » Lycée privé » Une école privée hors contrat

Une école privée hors contrat en France est un établissement qui n’a pas signé d’accord avec l’État ou n’est pas sous contrat d’association avec l’État. Ainsi, on défini un Collège privé hors contrat ou Lycée privé hors contrat quand il n’est pas sous contrôle de l’État. Aussi ces écoles privées ne reçoivent aucune aide de l’état et conservent le droit de sélectionner leurs élèves et leurs professeurs. De même les frais de scolarité qu’elle demande à ses élèves financent en tout ou en grande partie le fonctionnement de ces institutions.

Ces écoles, lycées ou collèges, ne sont pas tenus de suivre les programmes officiels. Elles disposent également d’une liberté quant aux méthodes pédagogiques. Ceci à la condition que les élèves maîtrisent « le socle commun de connaissances ».

Les établissements privés demeurent, en général, peu connus. Pour certains ce sont des écoles « alternatives » , ou des écoles catholiques « traditionnelles ». Pour d’autres, il s’agit d’écoles autogérées d’inspiration altermondialiste, ou finalement écoles exclusivement pour enfants dyslexiques etc.

Le lycée Ipécom Paris n’est rien de tout cela. Nous sommes une petite école privée, laïque et hors contrat, une exception dans l’univers scolaire. Une école un peu à l’ancienne, avec un minutieux dosage de méthodes classiques et innovantes. Aussi deux principes de base simples, qui sont la qualité hors du commun du corps professoral et la relation élève-enseignant. En somme, dans un climat studieux et convivial nous assurons l’apprentissage et le succès de nos élèves. Cela s’applique à tous nos programmes; lycée privé, collège privé, lycée international et CPGE HEC.

Le contrôle de l’État sur les établissements d’enseignement privés

Nous avons dit que les écoles privées hors contrat ne sont pas sous contrôle de l’État. Mais la supervision de l’éducation nationale n’est pas tout à fait absente. L’État soumet à un contrôle les établissements d’enseignement privés, qu’ils soient liés ou non par un contrat.

Ainsi l’État soumet à un régime d’inspection tous les établissements privés, quelles que soient leurs relations avec l’État. L’inspection des établissements privés hors contrat est administrative et pédagogique.

D’abord, et d’un point de vue administratif, l’inspecteur s’assure que le directeur et les enseignants disposent des titres requis. L’inspecteur s’assure aussi que l’obligation scolaire est respecté ainsi  que l’ordre public et les bonnes mœurs. Finalement l’inspection vérifie que les règles sanitaires et sociales requises sont appliquées.

En deuxième lieu, le contrôle pédagogique. Celui-ci vise à assurer que l’enseignement dispensé dans l’établissement privé est conforme au droit à l’instruction. De même que l’établissement garanti à l’enfant et répond aux normes des connaissances requises à l’issue de la période d’instruction obligatoire.

Certes, les adversaires du privé ont un argument phare à faire valoir : ces établissements sont libres de leur recrutement. Entreprises privées, ou associations loi 1901, ils sont totalement indépendants de l’Éducation nationale et appliquent leur propre projet pédagogique. Les lycées privés recrutent leurs enseignants, et les rémunèrent directement. Par contre les lycées privés sous contrat voient leurs enseignants payés par l’Éducation nationale. Dans la réalité des faits, les lycées hors contrat dans leur majorité, appliquent les programmes officiels.

Le pourquoi de l’essor des lycées et collèges privés hors contrat.

En France, la liberté de l’enseignement fait partie des principes fondamentaux. Cependant c’est l’enseignement public qui domine largement le paysage éducatif.

Il existe environ 1.000 établissements d’enseignement privé hors contrat en France dont plus de 300 confessionnels. De plus on observe quelques dizaines d’ouverture par an. Ces établissements ont vu le jour en marge du système classique, souvent à l’initiative de familles qui revendiquent le « libre choix de l’école ». Ils représentent aujourd’hui moins de 1 % des élèves entre 6 et 16 ans. Aussi ils impliquent des frais de scolarité très élevés pour les familles, qui estiment cependant que le jeu en vaut la chandelle.

Les parents veulent davantage d’encadrement pour leurs enfants

Les écoles de l’enseignement privé sont souvent des établissements plus petits. Ils ont ainsi davantage une taille humaine et ont des équipes pédagogiques un peu plus stables. Mais surtout « Les familles sont attirées par le fait que l’enseignement privé s’efforce de construire un parcours scolaire individualisé pour chaque élève. On ne se contente pas de lui transmettre un savoir académique, mais aussi un savoir être. Et les parents s’informent de plus en plus sur le projet éducatif des établissements », d’après Caroline Saliou, présidente de l’Association des parents de l’enseignement libre.

Le contournement de la carte scolaire.

Beaucoup de parents inscrivent leurs enfants dans le privé pour échapper à la carte scolaire, parfois contraignante.

Le contournement des orientations des élèves jugées non adaptées par les parents.

Les décisions d’orientation ou de redoublement prises par les établissements privés sous contrat s’imposent aux établissements publics de l’éducation nationale et inversement.

En revanche, les établissements privés hors contrat ne sont pas tenus par les décisions d’orientation ou de redoublement des établissements publics ou privés sous contrat.

En conclusion, l’école privée hors contrat est une solution si l’on souhaite pour son enfant un établissement à pédagogie dite différente, ou bilingue, ou à enseignement adapté. Il sont aussi une réponse si l’on veut échapper à une orientation ou à un redoublement non souhaité.

De même certaines écoles privées hors contrat sont un remède à un manque d’engagement dans le travail scolaire de l’élève.

Oops...
Slider with alias stages-bac not found.