Prépa ECE – ECS – Comment ont-ils réussi?

Etudiante souriante préparant un examen

Réussir en prépa ECE ou prépa ECS implique effort et volonté. Aussi les concours des grandes écoles de commerce demande une ouverture sur le monde passé et actuel, national et international, une connaissance du processus réflexif analytique et synthétique pour acquérir parallèlement des automatismes liés à une méthode sans faille.

La prépa HEC Ipécom Paris, par l’éventail des matières à étudier, est une véritable propédeutique pour former « l’honnête homme » du XXI siècle. Si l’on dit qu’une « tête bien faite » vaut une « tête bien pleine », il est encore plus indispensable de comprendre que le savoir ne fait qu’un : penser est connaître.

Les conditions préalables en prépa: Santé et assiduité

Ainsi, l’équilibre de santé physique et psychique, mais aussi l’équilibre des matières sont des atouts nécessaires mais non suffisants. En effet, le chemin est long de la terminale à la fin de la deuxième voire troisième année de classe préparatoire pour acquérir méthode, efficacité et volume de travail, et surtout une maturité spirituelle.

La charge de travail, l’assiduité absolue en cours et l’intensité du travail nécessitent une bonne santé physique. Donc soigner son corps, son alimentation ne sont pas des conseils vains: l’absence en cours est l’ennemi mortel de la réussite.

Agilité de l’esprit, finesse et rigueur, telles sont les qualités à développer pour réussir ces concours. Comment le faire? Voici une liste non exhaustive:

Travail intensif

Le changement de régime, de la terminale, où l’à-peu-près peut passer, en prépa hec où chaque matière est considérée comme la matière principale, suppose un planning de travail très serré. En effet, on estime, pour réussir les concours des Parisiennes, qu’un étudiant doit réaliser environ trente heures hebdomadaires de travail, en plus de ses cours.

Outre les devoirs sur table, les interrogations et les khôlles, Ipécom organise régulièrement des TD supplémentaires. De nombreuses conférences sur le thème de culture générale sont aussi proposées afin de consolider leur connaissance et leur permettre d’acquérir une originalité de pensée.

En effet, la réussite, c’est aussi celle des professeurs, mais surtout celle de chacun des élèves.

Planning

Pour progresser vite et bien, il faut avant tout une bonne organisation et une vue synthétique du travail à faire pour la semaine. Ainsi, il ne faut organiser un planning hebdomadaire de travail. Cela permet de visualiser le nombre d’heures passées pour telle ou telle matière. Environ quatre à cinq heures de travail par jour sont nécessaires.

Les demi-journées libres ou celles du week-end doivent être utilisées à développer le travail et surtout à avancer dans les matières faibles.

Le planning doit se faire par rapport à votre emploi du temps. Il faut travailler le soir même les cours que l’on a eus pendant la journée, mettre en fiche ses leçons et/ou terminer les exercices non finis. D’autre part, il faut revoir pour le lendemain le travail réalisé pendant le week-end.

Le planning ne doit pas se coller aux exigences des DST hebdomadaires, ceux-ci requièrent environ six heures de travail hebdomadaires.

Travail quotidien

La répétition des matières à étudier doit être le maître mot de l’organisation du planning. En général toutes les matières doivent être vues en deux jours, deux jours et demi. Plus on est faible dans une matière, plus on doit la travailler quotidiennement, même peu de temps.

Ainsi, seule une méthode rigoureuse permet de venir à bout de toute la charge de travail demandée. L’équation réussite = méthode, soit qualité de travail + motivation, soit quantité de travail, est le reflet véritable des années de prépa HEC à Ipécom Paris.

La gestion du temps.

Tout d’abord, travail, efficacité et méthode dans la gestion du temps de travail sont les maître-mots de l’enseignement dispensé aux étudiants.

Evaluations

Supporter être évalué au plus bas alors qu’on travaille la moyenne est en général à 8, donc sortant de terminale, il n’est pas rare d’avoir entre 3 et 5 , avoir quelles que soient les notes la volonté d’être le meilleur et ainsi développer sa concentration, témoignent d’une bonne résistance morale et surtout d’une motivation constante.

L’accompagnement de toute l’équipe de l’école

Le corps professoral

Cette réussite, ils la doivent ensuite à l’excellence du corps professoral, à la qualité de l’enseignement et à la motivation des professeurs pour que chacun des élèves aille au maximum de ses capacités.

Les Parents de Paul, qui a intégré cette année l’ESCP, écrivent « vous avez joué auprès de lui, le rôle de maître au sens le plus noble du terme ».

Déceler les capacités des étudiants, leur faire confiance tout en les encadrant et les soutenant, les guider par une multitude de devoirs et de corrections, voilà entre autres quelques méthodes mises en place par l’équipe professorale. Equipe en effet, car la concertation entre chaque professeur est l’élément fondamental pour connaître un élève, le pousser et le stimuler à dépasser ses potentialités.

Les entraînements aux oraux

De plus, IPECOM s’attache particulièrement aux Oraux d’Entretien. Trois semaines entières y sont consacrées avec des cours de méthode, des cours sur l’actualité culturelle politique et sociale et des entraînements intensifs d’entretien de motivation.

« J’ai gagné 465 places entre l’écrit et l’oral grâce aux entraînements » dit Killian, intégré à l’ESCP ;
Marjorie a réussi l’EDHEC et déclare « ma timidité et ma réserve ont été transformées en des qualités de pondération et de réflexion : dynamisme, sérieux et expériences des jurys ont été fondamentales à ma réussite. »

Alexandre, après son intégration à l’ESSEC, commente son année à IPECOM : « J’ai trouvé un accompagnement indispensable et personnalisé tout au long de l’année, en plus le stage pour réussir les entretiens m’a permis de mettre en adéquation mes expériences vécues et mon projet professionnel. »